Jetée

Jetée

 

Que lit le promeneur dans la pâleur de l'onde

Que voit-il donc venir de la vase profonde ?

L'anguille blême ondule et glisse sous la roche

Le vieux saule frémit, c'est que l'hiver est proche

 

On n'a pas entendu la musique du cygne

Qu'un Saint-Saens d'ici a écrite sur l'eau

Poètes et pêcheurs ont enroulé leurs lignes

Au café du rivage, les contrevents sont clos

 

Qui viendra en janvier au bout de la jetée

Tourner le volant froid pour tirer jusqu'au port

Les étoiles perdues dans les vagues glacées ?

Mais déjà les oiseaux mangeurs d'or les dévorent.